Lorenzaccio (en tournée)

Alfred de Musset

Mise en scène Otomar Krejca

  • Saison 1979 -1980

Personnage ambigu, sceptique d’origine romantique, Lorenzaccio reste enfermé dans sa subjectivité, ne voit comme absolu, comme mesure de toute valeur, que lui-même. Il ne peut reconnaître la culpabilité inévitable de toute intervention dans la réalité. Il ne peut se réconcilier ni avec elle, ni avec lui-même. En se cherchant dans le monde, il se perd nécessairement parce qu’il se heurte partout à son Moi vidé de sens.

Avec une trentaine d’acteurs comprenant comédiens et techniciens, ainsi que des élèves-comédiens de l’IAD, qui tiendront 80 rôles.
Une création de l’Atelier théâtral de Louvain-la-Neuve.

Suite du résumé

En 1537, Florence. Retour ligne automatique
On exploite, on assassine, on achète les plaisirs et les hommes : telle est l’image d’une société profondément dégénérée qui dissimule mal la misère des uns derrière les réjouissances d’une minorité oppressante.Retour ligne automatique
Alexandre de Médicis, bâtard fait duc par l’Eglise omnipotente, y gouverne en tyran. Dans l’opposition, la famille Strozzi avec Philippe, son chef, vieil humaniste rêveur, pense qu’il faut revenir à la République. Son fils Pierre, bretteur sans cervelle, s’apprête à s’allier aux Allemands pour combattre le duc et asseoir son prestige personnel. Retour ligne automatique
La marquise Cibo entreprend Alexandre pour le réformer et le Cardinal le manipule. Retour ligne automatique
La population, lasse d’avoir été trop souvent abusée, n’a aucune envie de s’engager, quoique choquée par ce qui lui est donné en spectacle.Retour ligne automatique
Lorenzo de Médicis, cousin d’Alexandre, partage avec lui plaisirs et orgies ; il est son complice, et, tel un bouffon de prince, il ne craint pas de se moquer des puissants ou de les flatter car cet homme, pris par la débauche, joue. Son jeu n’est que le reflet de sa conscience tragique mais aussi l’instrument qui lui permettra d’atteindre son but. Surnommé avec mépris "Lorenzaccio", à la recherche de sa pureté passée, il est poussé par le souvenir de cette nuit, dans les ruines du Colisée, où son destin lui fut révélé : comme Brutus, il devrait tuer un tyran de sa patrie. Conscient d’être un homme libre, il ne peut réaliser sa liberté que dans l’action, même si le danger existe de s’y salir les mains. L’assassinat du duc sera le seul moyen de retrouver sa dignité.Retour ligne automatique
A celui-ci succède un autre Médicis, rien n’a changé et Lorenzo se prépare son propre assassinat.

Toute la distribution

Auteur Alfred de Musset-Mise en scène Otomar Krejca

En tournée

Cour d’Honneur du Palais des Papes à Avignon F : du 16 au 28 juillet 1979
Grand théâtre de Carcassone (F) : 31 juillet et 1er août 1979
Festival du Jeune théâtre - Liège  : entre le 26/09 et le 20/10/1979
Centre culturel du Hainaut - Théâtre de Mons : les 24 et 25/10/1979
Théâtre municipal de Tourcoing (F) : le 28 novembre 1979
La Comédie de Genève (CH) : les ??? novembre 1979
PAC de Brest (F) : vendredi ??? novembre 1979

Facebook YouTube Twitter instagram

Atelier Théâtre Jean Vilar | 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique

Administration : 010/47.07.00 - info atjv.be
Réservations : 0800/25.325 - reservations atjv.be