Édito

Il fait beau ! Allons au théâtre ! en paraphrasant Modiano.

Bien. Comme vous le savez, 17-18 sera sans doute la dernière saison complète au Vilar avant rénovation. Les choses se préparent à leur rythme, et c’est un très beau projet ; nous en dirons davantage dans l’édito de la saison
prochaine.
Pour cette saison, d’emblée, je me fais quelques réflexions de fond ou de fonds… Comment, avec un montant de subventions qui diminue chaque année, parvenons-nous à produire autant de créations – en effet, plus de la moitié du programme leur est dédiée ?… Comment le prix de la place n’augmente-t-il pas ?… En outre, vous n’ignorez pas qu’en plus de travailler avec l’article 27, nous avons ce que nous appelons la catégorie « dernier rang », à tarif très réduit… Et si la culture n’est pas accessible au plus grand nombre, à quoi pourrait-elle donc servir ? Hein ?

Mais il est temps d’annoncer la couleur artistique de la saison.
L’ATJV est heureux de vous proposer 21 spectacles (plus 4 accueils « Jeune public ») venus d’univers différents et compréhensibles par tous. Pourquoi l’art, comme la démocratie, ne serait-il pas direct ?
Nous avons fait la part belle aux destins de femmes célèbres ou pas : Maria Callas, Clara Haskil, Emma Bovary, Camille Claudel, Erzebeth…
Nous l’avons faite également belle aux auteurs vivants belges, débutants ou confirmés… Ainsi, Paul Emond, Thierry Debroux, Céline Delbecq, Alex Lorette, Vincent Engel, Serge Kribus, Pietro Pizzuti, Jean-François Viot,
François Ost… Nous faisons confiance à nos auteurs, nous n’avons certainement pas à en rougir.
De la musique avant toute chose ? Nous proposons des pièces retraçant les vies de Vivaldi, Mozart, Callas et Haskil déjà citées et d’autres où le jeu du théâtre et de la musique s’en donne à coeur joie : Des illusions, Un Tailleur
pour dames
, Laïka, Le Vent souffle sur Erzebeth, Madame
Bovary
...
Ensuite, les électrons libres, joyeux, dénonciateurs, incongrus : Gunfactory, Mouton noir, The Elephant in the room, Botala Mindele
Enfin, la grosse artillerie, puissante, explosive : Calaferte, Mrozek, Jodorowsky, Shaffer, Grumberg, Feydeau et bien sûr le patron, Molière.
Toutes ces pièces, en fait, nous parlent de sujets de société qui prêtent à la réflexion ou au débat, et, à travers la présentation de personnages, à travers leurs parcours, nous aident à toucher l’humanité dans ce qu’elle a de plus
profond, clair ou obscur, poétique ou réaliste, bon ou mauvais, grandeur et petitesse.

Une saison bien équilibrée donc, que nous avons bâtie avec l’aide d’acteurs culturels locaux que sont la Ferme du Biéreau, le Centre culturel d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, l’Aula Magna.
Pour mémoire, rappelons aussi que nous formons un « Pôle Théâtre » avec l’Institut des Arts de Diffusion, le Centre d’études théâtrales et l’UCL Culture. Les liens et les initiatives se renforcent chaque saison.

La culture est une bonne chose, qu’il faut entretenir minutieusement, qu’il faut choyer attentivement. Parce que !
Nous vous souhaitons, encore une fois, bien du plaisir, de l’émerveillement, et de l’indignation.

Cécile Van Snick, Directrice


JPEG - 115.1 ko
© D. Houcmant-Goldo

Partager
 

Suivez-nous

Instagram
Facebook YouTube Twitter instagram

Atelier Théâtre Jean Vilar | 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique

Administration : 010/47.07.00 - info atjv.be
Réservations : 0800/25.325 - reservations atjv.be